Les communautés épistémiques et la transmission de l’information; moins c’est mieux?

Jérémie Dion

La recherche scientifique peut être vue comme un projet collectif qui s’opère en quelque sorte à travers des communautés épistémiques. Celles-ci sont des réseaux d’experts, habituellement bien définis par un ensemble de méthodes et d’objectifs. Les philosophes des sciences sont (récemment) très actifs dans l’étude des communautés épistémiques (voir Kitcher 1990, Goldman 2010, Goldman 2015, Longino 2015, etc.). Dès lors, la présentation visera dans un premier temps à proposer un aperçu du phénomène des communautés épistémiques.

Toutefois, une problématique plus précise est à explorer. On doit s’interroger sur la structure des communautés épistémiques (CÉ), et chercher à démontrer lesquelles de leurs caractéristiques sont bénéfiques à la production de connaissance. Pour ce faire, la transmission de l’information qui s’opère entre les chercheurs apparaît comme une dimension prometteuse à étudier. Il est assez intuitif de croire que moins la communication au sein d’une communautés est entravée, plus le potentiel épistémique de la CÉ est élevé. Or, des travaux formels ont soulevé certains résultats contre-intuitifs : il existe des cas ou moins de communication entre les agents est plus avantageux pour la CÉ. Dès lors, présentation explorera la tension qu’il existe entre la thèse intuitive (plus de communication) et la thèse contre-intuitive (moins de communication). L’approche envisagée du projet de recherche (en construction) s’intéresse pour l’instant aux impacts macro (e.g. les conditions environnementales) et micro (e.g. le comportement des chercheurs) donnant lieu à la thèse contre-intuitive.

Travaux en question:

ZOLLMAN, Kevin J.S. « The communication Structure of Epistemic Communities », dans Alvin Goldman et Dennis Whitcomb, dir., Social Epistemology: Essential Reading, éd. 2011, New-York, Oxford University Press, 368 p.

ZOLLMAN, Kevin J.S. « Network Epistemology: Communication in epistemic communities ». Philosophy Compass, vol. 8, no 1 (2013), p. 15-27.