Raison, conviction et politique : la post-vérité en question / Reason, Conviction and the Political : the post-truth question

Julie Paquette, Martin Samson, Emily York, Claudette Doucet, Evelyne Martinez

Le dictionnaire Oxford a récemment intronisé le terme « post-truth » (post-vérité) au rang de « mot de l’année » validant alors notre entrée dans ce qui serait une ère « post-factuelle ». La « post-truth » serait ce qui appelle aux affects afin de susciter un effet d’adhésion. Cette nouvelle culture politique miserait donc sur le pathos, en se souciant peu des faits et de la véracité des énoncés. L’une de ses plus probantes démonstrations serait la montée des populismes et ses ramifications : climato-sceptisme, racisme décomplexé, etc. Développer une pensée critique à rebours de cette vague de fond doit-il nécessairement passer par un rappel à la barre de la raison instrumentale ? La pensée politique des affects ne nous ouvre-t-elle pas aussi d’autres avenues ? Plus encore, la montée des populismes peut-elle être réduite à un irrationalisme grandissant duquel seules les lumières pourraient nous sauver ? Ce panel cherchera à questionner le concept de post-vérité en l’articulant à un questionnement sur la raison, la conviction et la politique conçue comme engagement. Quels fondements pour quelles convictions ? Quelle est la place de la croyance dans la mobilisation politique ? Comment penser l’engagement à l’ère post-factuelle ?

//

The Oxford Dictionary has recently inducted the term ‘post-truth’ at the rank of ‘word of the year’ marking our entering in the ‘post-factual’ era. ‘Post-truth’ thus relates to or denotes circumstances in which objective facts are less influential in shaping public opinion than appeals to emotion and personal belief. This new political culture would rely on pathos, without much consideration about facts or of the truthfulness of statement. One of its most compelling manifestation would be the rise of populism and its ramifications : climat sceptism, racism “décomplexé”, etc. In order to develop critical thinking in the wake of this groundswell, is it necessary steer back to instrumental reason? Does the political thought on affects not open up other avenues? Moreover, can the rise of populism be reduced to a growing irrationalism of which only an enlightenment could save us? This panel will seek to question the concept of ‘post-truth’ by articulating it with in an inquiry on the intersection between reason, conviction and the political understood as “engagement”. What foundations for which convictions? What is the place of beliefs in political mobilisation? How do we think involvement in the post-factual era?

14h: Conférence d’ouverture

Martin Samson, doctorant en étude de conflits, Université Saint-Paul, « Raisons, information et post-vérité »

14h30-16h00: Variations sur le même thème

Claudette Doucet, maîtrise en éthique publique, Université Saint-Paul, « La vérification par les faits : la post-vérité et Hannah Arendt »

Évelyne Martinez, maîtrise en éthique publique, Université Sant-Paul, « Zygmunt Bauman, vérité et liquidité »

Emily York, Master in Public Ethics, Saint Paul University, « Reason, Conviction and Populism: Playing Chantal Mouffe Against Chantal Mouffe »

16h: Synthèse et Conférence de clôture

Julie Paquette, professeure adjointe, École d’éthique publique, Université Saint-Paul, « La politique des affects et la post-vérité »