La causa sui chez Descartes

Alexandre Riel

Samedi, Concordia – 14h30 à 15h15

Le concept de cause de soi (causa sui) ne se trouve nulle part dans tout le corpus cartésien, à l’exception des Objections et réponses faites aux Méditations métaphysiques. Cette apparition on ne peut plus étonnante de la causa sui chez Descartes survient dans le contexte des objections formulées par Caterus et Arnauld dans les Premières et Quatrièmes objections. En effet, Descartes répond à ces objections en introduisant pour la première fois dans ses écrits le concept d’auto-causation (une chose qui est la cause de sa propre existence) au sein d’une démonstration de l’existence de Dieu. Au premier abord, il peut paraître étonnant que Descartes utilise la notion de causa sui, d’autant plus qu’il est probablement le premier philosophe à défendre explicitement l’usage de cette notion. Avant Descartes, tous les philosophes qui ont abordé la question, notamment les philosophes médiévaux, ont systématiquement rejeté ce concept à cause de la contradiction logique que celui-ci implique. Afin qu’une chose soit causa sui, il faudrait à la fois qu’elle soit et qu’elle ne soit pas, car pour se causer elle-même, elle doit déjà exister, mais pour être causée, elle ne doit pas encore exister. En ce sens, le concept de cause de soi contrevient au principe de contradiction, car une même chose ne peut pas être à la fois la cause et l’effet puisqu’il faudrait qu’elle soit antérieure à elle-même, ce qui est impossible. C’est à cause de cette contradiction logique que la causa sui a été écartée avant Descartes lorsqu’il était question de rendre compte de l’existence de Dieu. Selon les philosophes médiévaux, Dieu n’est pas la cause de sa propre existence, mais est plutôt sans cause. Descartes rejette la thèse selon laquelle Dieu est incausé et défend plutôt la thèse selon laquelle la puissance de Dieu est telle qu’elle lui permet d’être à lui-même sa propre cause. Ainsi, nous nous intéresserons aux raisons pour lesquelles Descartes a défendu la causa sui et au contexte dans lequel cette notion devient nécessaire au sein de la philosophie cartésienne.