La crise des réfugié.es comme injustice structurelle

Erika Olivaux

Dimanche, UdeM – 10h à 10h45

La conférence sera une présentation des recherches que j’effectue sur la crise des réfugié.es dans le cadre de mon mémoire en philosophie. Il s’agit d’une application originale des travaux d’Iris Young à une étude de cas sur la crise des réfugié.es. En analysant la situation des réfugiés en tant qu’injustices structurelles, je dégage les responsabilités morales et politiques des individus et des collectivités, ce qui permet de rendre compte de certains mouvements de solidarité envers les migrant.es.

Dans Responsability for Justice (2011), Young élabore un modèle de connexion sociale visant à rendre compte des injustices structurelles, c’est-à-dire des situations qui, bien que manifestement injustes, ne permettent pas d’identifier des agents moraux causalement responsables ou coupables. Ce modèle présente deux avantages majeurs. D’abord, il permet d’attribuer la responsabilité politique de réparer l’injustice à des acteurs qui ne sont pas moralement coupables. Ensuite, il permet de conceptualiser des relations de responsabilité entre des personnes issues de différentes communautés politiques sans pour autant adopter une conception universelle, trop large, des devoirs moraux.

Dans Refugees and the Ethics of Forced Displacement (2016), Serena Parekh utilise le modèle de responsabilité youngien afin d’analyser les obligations morales des États envers les personnes réfugiées et déplacées, qui sont victimes d’injustice structurelle. Comme Parekh, je mobilise la théorie de Young pour analyser les relations de responsabilité à l’œuvre dans la crise des réfugié.es, mais en considérant le positionnement social des individus plutôt que des États. Je défendrai d’abord la pertinence théorique de ce modèle dans le cadre de l’étude de la crise des réfugié.es. Ensuite, je tenterai de dégager les relations de responsabilités individuelles et collectives à l’œuvre dans le cas à l’étude, en fonction des quatre paramètres proposés par Young : pouvoir, privilège, intérêt et agentivité collective.

La présentation sera suivie d’une période de discussion.