Qui pour porter la parole d’autrui dans l’art ? | Kanata et ses controverses

Jad Orphée Chami

Dimanche, UdeM – 15h30 à 16h15

Lorsque Robert Lepage dévoile Slāv et puis plus tard Kanata, la question de la liberté et des contraintes de la création artistique est remise en cause dans un Montréal porteur de la dualité de ce qu’on nomme grossièrement l’Art pour l’Art et le politiquement correcte. Comment se situer là où deux conceptions de l’auteur s’opposent ? Où deux rapports à l’art se confrontent ?

La conférence portera tout d’abord sur la définition de l’auteur, de sa conception romantique à sa mort Barthienne. Ensuite il s’agira de tenter de comprendre la notion de dualité dans le rapport à l’art à travers la liberté d’expression et l’appropriation culturelle. Ces deux termes bien que vagues soient cependant à l’image d’une société qui puise d’une part dans la tradition de la liberté de création absolu accordé à l’auteur où le blasphème et l’immoralité ne lui font plus obstacles, et de l’autre part d’une nouvelle façon de concevoir l’art dans laquelle l’éthique prend le dessus sur l’esthétique et le réel ne peut être négligé dans l’œuvre. Comment réconcilier le moral et l’immoral, l’esthétique et l’éthique, la liberté de l’auteur et la parole d’autrui ?

Le raisonnement se fera à travers un débat à travers lequel nous pourrons réfléchir sur les différents thèmes traités en parallèle aux controverses liées aux œuvres de Lepage et à leurs diffusions dans l’espoir d’aborder un questionnement difficile dans un contexte plus approprié.