Rapport entre liberté et parrhêsia chez Montaigne

Zoraia Dos Santos

Samedi, Concordia – 15h30 à 16h15

Cette communication vise à penser le rapport entre parrhêsia (franc-parler) et la notion de liberté, dans les Essais de Montaigne. Nous nous interrogeons, en conséquence, sur la place de la liberté et de son sens dans un discours devant un interlocuteur, selon la forme du livre. Parrhêsia, étymologiquement, signifie liberté de parole, franchise, ouverture d’esprit. Elle fait référence à un type de relation entre l’orateur et ce qu’il dit. De nos jours, Foucault prononce une conférence consacrée à la notion. Un peu plus tard, il reconnaît en Montaigne un vrai parrèsiaste, un diseur de la vérité, de formes d’expression les plus directes, révélé par la forme libre des Essais, du franc-parler, aussi écrit, présenté idéalement, à certains égards, par rapport aux pratiques de la tradition comme une forme de thérapie pour l’âme. De plus, la forme des Essais, comprenant la liberté de parole, finit par délimiter une pragmatique de vie, se constituant même comme base d’une rhétorique construite au long de la rédaction du livre. D’où, la constatation que Montaigne se distingue de ses prédécesseurs, entre autre, par sa manière de le faire. Cette posture compromise avec la ligne directive de valeurs de la vie, énonce de la vérité, soit un lien entre sa posture devant la vie et une notion de liberté embrassant d’autres dont la liberté de parler. De cette réflexion, on suppose qu’il existe une relation complexe entre l’individu et sa pensée, un éthos érigé se situant entre la rhétorique montaignienne et son rapport avec le monde extérieur. C’est une idée de discours de vérité à la valeur résidant dans une manière de vivre, plutôt antique, laquelle Foucault a lue et y rajoutera plus tard, une valeur de résistance politique.

BIBLIOGRAPHIE PROVISOIRE

DESAN, Philippe. (2008). Les formes du monde et du l’esprit. Paris : Ed. PUPS

FOUCAULT, Michel. (2016). Discours et vérité précédé de la parrêsia. Collection Focault inédit. Paris: Vrin.

____ . (2006). A escrita de si. In: FOUCAULT, M. Ditos e escritos V. Rio de Janeiro: Forense Universitária, p. 144-162.

____ . (2004). FOUCAULT, M. A hermenêutica do sujeito. São Paulo: Martins Fontes, 2004.

____ . (2008). Le gouvernement de soi et des autres. Cours au Collège de France, 1982-1983. Paris: Gallimard ; Seuil.

____ . (2009). Le courage de la vérité: le gouvernement de soi et des autres II. Cours au Collège de France, 1983-1984. Paris: Gallimard ; Seuil.

HADOT, Pierre. (1997). Introduction aux “Pensées” de Marc Aurèle. Paris : Fayard.

____ . (2002). Exercices spirituels et philosophie antique. Paris : Albin Michel.

____ . (2001). HADOT, P. La philosophie comme manière de vivre: entretiens avec Jeannie Carlier et Arnold I. Davidson. Paris: Albin Michel.

____ . (1995). Qu’est-ce que la philosophie antique ? Collection Folio essais Paris: Gallimard.

MONTAIGNE, Michel de. (2004). Les essais. Éd. Villey-Saulnier/augmentée en 2004 d’une préface et d’un supplément de Marcel Conche. Quadrige. Paris : Presses universitaires de France.

NAKAM, Géralde. (2007). « La liberté de croire et de penser ». Le Magazine littéraire, 464, (5), p. 56-58.

ZALLOUA, Zahi. (2009). Montaigne After Theory, Theory After Montaigne. University of Washington Press.